Unir nos forces pour mieux intervenir

Les pharmaciens peuvent aider à désengorger les salles d’urgence

Articles - Image d'intro

Les Québécois peuvent bénéficier des services suivants dans les pharmacies :

  • La prescription d’un médicament pour des conditions dont le diagnostic et le traitement sont connus (par exemple, en cas d’infection urinaire récente, d’herpès labial ou de conjonctivite allergique);
  • La prescription d’un médicament lorsqu’aucun diagnostic n’est requis (par exemple, pour des nausées);
  • La prolongation des ordonnances rédigées par un médecin, pour éviter l’interruption d’un traitement;
  • L’ajustement de l’ordonnance d’un médecin;
  • La prescription et l’interprétation d’analyses de laboratoire;
  • La substitution d’un médicament en cas de rupture d’approvisionnement;
  • L’administration d’un médicament par inhalation ou voies orale, topique, sous-cutanée, intradermique ou intramusculaire à des fins d’enseignement.

Les pharmaciennes et pharmaciens sont des professionnels de la santé hautement qualifiés et compétents pour aider certains patients. Ils sont facilement accessibles dans toutes les pharmacies communautaires, dans l’ensemble de la province: on peut généralement les voir sans rendez-vous, même le soir, la fin de semaine et les jours fériés.

Les patients qui n’ont pas de besoin urgent pourraient être dirigés, en autres, vers les pharmacies.

Il ne faudrait pas oublier l’option des pharmaciens pour le traitement des problèmes de santé mineurs. Le rôle de ces derniers est élargi et ils peuvent maintenant aider à désencombrer les salles d’urgence et les bureaux de médecins.

Un sondage effectué par la firme CROP, qui s’était déroulé du 12 au 17 octobre 2016, révèle que sur 1000 répondants, le taux de satisfaction à l’égard des services offerts par les pharmaciens atteint 95 %, et que l’accès à ce professionnel de la santé est considéré facile pour 97 % des répondants. Par ailleurs, 93 % des Québécois considèrent que leur pharmacien est utile pour désengorger le système de santé, et plus de 61 % des répondants confirment avoir consulté leur pharmacien pour un problème de santé au cours de la dernière année.

La majorité des Québécois aimerait vraiment que les pharmaciens en fassent davantage dans le réseau des soins de santé: 95 % des répondants sont favorables à ce que les pharmaciens offrent des services de vaccination et 74% des répondants sont favorables à ce que les pharmaciens contrôlent la distribution de marijuana à des fins médicales.

Ce sondage démontre que les Québécois ont une haute opinion des pharmaciens et pharmaciennes, qu’ils apprécient grandement les soins de santé qu’ils fournissent et qu’ils voudraient les voir en faire encore davantage pour les patients.

Plus de 60 % des patients qui se sont rendus dans les urgences québécoises avaient un problème non urgent et auraient pu, pour bon nombre d’entre eux, être soignés ailleurs, selon le commissaire à la santé et au bien-être, Robert Salois, qui a dévoilé en 2014 un bilan préoccupant de la situation des urgences depuis 10 ans.

Le pourcentage de visites à l’urgence qui auraient pu être traitées ailleurs (priorité 4 et 5) reste élevé dans certains hôpitaux au Québec, atteignant 80 % des visites totales à l’urgence selon les données préliminaires du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) pour 2016.

Actuellement, plus de 6400 pharmaciens en communautaire sont autorisés à traiter des affections mineures.

Les Québécois ne devraient pas hésiter à faire appel à ces professionnels de la santé s’il y a lieu, et de leur côté les hôpitaux et les médias devraient encourager les patients à le faire, tout comme Info-Santé (le 811) le fait pour plusieurs milliers de québécois à chaque jour de l’année.

Par Thina Nguyen
Pharmacienne Propriétaire
Familiprix Pointe-aux-Trembles et Montréal-Est
Directrice Générale de la Fédération des pharmaciens du Québec.
Présidente de l’association des pharmaciens vietnamiens du Québec.

Retourner aux articles

Nos partenaires

2017 © Tous droits réservés - Fédération des pharmaciens du Québec