Unir nos forces pour mieux intervenir

Utilisons nos pharmaciens comme première ligne en prévention et en consultation pour les problèmes de santé!

Articles - Image d'intro

Il était une fois un système de santé....complètement engorgé! Deux enfants, de 8 et 10 ans, réfléchissant à la situation se disent alors:

''Et pourquoi ne pas diriger en premier les gens vers nos ressources les plus accessibles? Il y a des pharmaciens partout, c'est facile de voir un pharmacien!'' 

Vu de l'extérieur, le système ressemble à une cours d'école où tous se chamaillent pour avoir le ballon. Je ne suis ni médecin, ni pharmacien, ni infirmier: j'ai un doctorat en biologie et je suis spécialisé dans le domaine du vieillissement. Je vais donc me permettre de jouer à l'observateur. J'ai personnellement côtoyé toutes les professions au cours des 6 derniers mois pour former plus de 350 professionnels à l'utilisation des produits Vitoli (www.vitoli.ca). Cela m'a amené à avoir un grand nombre de discussions sur l'évolution de la situation du rôle du pharmacien. Il s'agit d'une période difficile où certains sont tentés de résister au changement et d'autres essaient d'évaluer comment ils pourraient mieux s'y adapter. Comme disait si bien Darwin:

‘’Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements. ‘’ 

J'ai discuté récemment avec Nicolas Bergeron, pharmacien Président de la Fédération des pharmaciens. Monsieur Bergeron regarde sa profession en disant ''On peut en faire plus, et voici comment''. Étant un éternel positif, ce fut de la douce musique à mes oreilles et j'ai décidé de vous le partager.

Voici quelques données qui portent à réflexion:

  • Le coût estimé annuel au Québec pour les patients qui voient l'infirmière au triage dans une salle d'urgence d'un hôpital, mais qui quittent sans avoir vu le médecin, est d'environ 75 000 000$.
  • Environ 11,1% des gens se présentant aux urgences quitteront avant même d'avoir rencontré un médecin.
  • De plus, certains patients avouent qu'ils consultent à l'urgence pour pouvoir recevoir l'avis d'un professionnel de la santé sur leur situation et donc, après s'être fait confirmé la non dangerosité de leur cas, ils se sentent assez sécurisés pour retourner à leur domicile.

Dans les raisons de consultation, il y a, entre autre: une réaction allergique mineure, une brûlure mineure, un mal de tête NON migraineux, un rhume, un épisode de constipation, des hémorroïdes, une grippe, une douleur menstruelle, une gastro-entérite ou une infection urinaire.

Comme par hasard, on consulte en pharmacie pour une multitude de problèmes de santé qui peuvent être traités sans nécessiter le besoin de voir un médecin: blessures mineures, problèmes mineurs de peau, verrue plantaire, cors et callosités, diarrhée, constipation, acné, hémorroïdes, rhume et grippe, insomnie, douleurs de presque toutes sortes, fièvre, besoin en vitamine ou arthrose... et j'en passe!

Une étude de 2013, portant sur la confiance des québécois envers différentes professions avait démontré, en réponse à la question ''Faites-vous confiance ou non aux...'' : oui à 92% envers les pharmaciens(nes), ex-æquo avec les infirmiers(ères). Il s'agit donc de professionnels disponibles à qui ont fait confiance.

L’évaluation de la Fédération des pharmaciens croit qu'en déplaçant environ 65% des urgences mineures annuellement en pharmacie;

''il serait possible de sauver 1 000 000 000$ pour le système de santé québécois.'' 

Sauver 1 milliard de dollars, en plus d'avoir un service plus rapide, de sauver de l'argent pour le stationnement, de manquer moins de jours à l'ouvrage, d'avoir un service plus accessible géographiquement (dans une situation de population vieillissante, il ne faut pas l'oublier) et tout ça en obtenant le traitement et les conseils adéquats.

Je pense qu'il faut toujours être en mode solution et favoriser la discussion. Ainsi, je vous invite à commenter et à partager pour échanger sur cette vision intéressante de l'implication de nos pharmaciens.

Au plaisir d'en discuter avec vous! 

 

Voir aussi:

Mon livre: Vivre jeune plus longtemps!

Les produits Vitoli: Bien vieillir grâce à l'innovation!

Les antécédents familiaux de maladies: mode de vie ou génétique ?

Peut-on prévenir l’Alzheimer ?

Génétique et prévention: ce qui est important n'est pas ce qui est écrit, mais ce qui est lu! (Génétique et vieillissement)

On est tous des malades en phase terminale! (Attitude face à la vie)

Avoir de vrais amis augmente votre espérance de vie! (vie sociale)

Le contenu nutritif vs l'apport en calories! (l'alimentation)

1 de 3: Un vaccin contre le vieillissement ? (l'activité physique)

Molecules that may keep you young — and alive! (découvertes)

L'ultime médecine préventive! (concept scientifique)

 

www.idunntechnologies.com

https://www.facebook.com/idunnTechnologies2013/

 

 

 

 

Retourner aux articles

Nos partenaires

2017 © Tous droits réservés - Fédération des pharmaciens du Québec